Que ce soit pour jouer à des jeux vidéo, regarder une série ou passer du temps sur un ordinateur, vos yeux sont mis à rude épreuve de multiples façons : on parle généralement de fatigue visuelle. Mais de quoi s’agit-il précisément, et comment soulager votre vue ?

1. La distance yeux-écran

Une des causes de la fatigue visuelle est la distance entre nos yeux et l’écran. On ne parle pas de l’intensité lumineuse ou de la fréquence de rafraîchissement de l’image, mais seulement de la vision de près. En effet, vos yeux ne sont pas faits pour regarder longtemps à courte distance, et il est nécessaire de faire des pauses régulières pour regarder loin, par exemple le fond de la pièce ou bien par une fenêtre (on parle de regarder « vers l’infini »).
Essayez d’observer une pause de 30 secondes toutes les 5~10 minutes, et vous devriez constater que vos yeux souffrent moins de cette désagréable sensation de pression ou de picotements, fréquemment associée aux yeux fatigués.

Il est aussi important de savoir que l’effet de la lumière émise par un écran varie en fonction de la distance. C’est pour cette raison que l’on recommande une distance raisonnable entre les yeux et l’écran. Quelques conseils pleins de bon sens :

  • Vous travaillez sur un écran fixe : essayez de le positionner au bout du bureau. Cela devrait représenter 50 cm, c’est déjà très bien. Si les polices de caractères deviennent trop petites, alors augmentez leur mise à l’échelle (par exemple à 125%). Tous les systèmes d’exploitation proposent cette option (cherchez « dpi scaling »).
  • Vous avez un portable, alors éloignez-le, sinon branchez un écran secondaire et éloignez-le aussi. Là aussi n’hésitez pas à augmenter la mise à l’échelle.
  • Vous utilisez un portable sur les genoux ou dans le train, vous ne pouvez donc pas l’éloigner. Pensez alors à choisir un niveau de luminosité intermédiaire ou faible (conseil : privilégiez les dalles mattes plutôt que les dalles brillantes, vous serez moins gêné par les reflets). Petit plus : vous consommerez moins de batterie.

2. Un écran lumineux dans une pièce sombre

Il est d’usage de considérer que regarder un écran dans une pièce sombre fatiguerait les yeux. Il serait donc éprouvant (mais ce n’est pas prouvé) de regarder une source très lumineuse puis de regarder quelque chose de sombre, et inversement.
Deux solutions :

  • Ne pas regarder un écran dans le noir.
  • Positionner une source de lumière derrière ou à côté de l’écran, ceci adoucissant l’écart de luminosité entre l’écran et le reste de la pièce.

3. Contrôler son environnement

N’installez pas votre écran, et par extension votre bureau, n’importe où. Evitez par exemple de placer votre bureau derrière une fenêtre sur laquelle donne le soleil (ou des reflets, comme par exemple les reflets des pare-brises de voitures), le contre-jour induit sera très désagréable et fatiguera vos yeux.

Evitez aussi le cas où le soleil donne directement sur votre écran : vous seriez tenté d’augmenter sa luminosité pour continuer à travailler.

Dans ces deux cas, essayez de trouver le meilleur endroit où travailler, ou – le cas échéant – pensez à baisser les stores ou tirer les rideaux (sans vous plonger dans le noir complet, bien évidemment).

4. La lumière bleue

TL; DR : beaucoup de bullshit, vous ne craignez absolument rien devant un écran ou un téléviseur. Devant une ampoule LED c’est plus compliqué.

4.1. Qu’est-ce que la lumière bleue ?

Pour faire simple, la lumière est composée d’une multitude de couleurs. Lorsque toutes les couleurs sont présentes, on parle de lumière blanche.
Faites varier une composante, par exemple moins de bleu, et vous obtiendrez une lumière dite chaude (car plus orangée).
Les lampes à sodium le long des autoroutes et leur lumière « grise » (qui donne l’impression que toutes les voitures sont grises la nuit) sont aussi un bon exemple de sources de lumière jouant sur les quantités de couleurs. Les lampes fluo-compactes offrent aussi une lumière froide (beaucoup de bleu), que l’on aime comparer à une lumière d’hôpital ou de bureau.

4.2. Un problème ?

Il est aujourd’hui d’usage de considérer la composante bleue comme nocive, mais qu’en est-il vraiment ? Prenons le temps de séparer le bon grain de l’ivraie, en vous rappelant que nous parlons d’abord des écrans d’ordinateurs et des télévisions :

  • Trop de lumière bleue le soir perturbera votre phase d’endormissement : vous aurez un peu plus du mal à vous endormir. L’explication est simple : votre corps produit des hormones favorisant l’éveil lorsqu’il est exposé à de la lumière bleue, ce que vous pousse à fonctionner comme en plein jour, et donc ne vous aidera pas à trouver le sommeil. Préférez donc une lumière chaude (comme celle d’une bougie) qui devrait moins vous troubler.
  • La lumière bleue détériorerait nos yeux. C’est du moins ce que dit une récente étude de l’INSERM dont voici les détails intéressants :
    • L’expérience portait seulement sur des rats, le parallèle avec l’humain n’est pas applicable.
    • Ces rats ont été soumis à des phases d’obscurité afin de dilater les pupilles artificiellement, ceci ayant comme défaut de réduire la protection naturelle des yeux face à la lumière. Ce point est fortement critiquable et représente un biais considérable.
    • L’expérience s’est déroulée en deux phases :
      • Une exposition de 24h à une source lumineuse 12 fois plus intense (6000 lux) que celle d’un éclairage domestique (500 lux) : ici, quel que soit le type d’ampoule (donc avec peu ou beaucoup de lumière bleue), les rats ont souffert de cette expérience. Elle ne démontre donc pas une quelconque nocivité de la lumière bleue dans des conditions normales d’utilisation.
      • Une seconde exposition de 24h à une source lumineuse classique (500 lux) : ici, certains rats ont souffert de l’exposition aux lampes à LED (diffusant beaucoup de lumière bleue). C’est là qu’apparaît un autre biais : si 500 lux correspondent à une ampoule domestique, la puissance d’un écran d’ordinateur ou d’une TV étant plus faible, ajustable et son effet diminuant avec l’éloignement. De plus, nous ne regardons pas un écran 24h par jour. La lumière bleue est donc potentiellement (le parallèle avec l’humain n’est pas prouvé) plus nocive que lorsque venant d’une ampoule LED, et uniquement dans ce cas de figure. Ajoutons qu’il existe des ampoules LED dont le bulbe (la coquille en verre) n’est pas transparent et permet justement de réduire la quantité de lumière bleue, non pas pour des raisons sanitaires (car non prouvées), mais simplement pour diffuser une lumière plus chaude et agréable, à l’image d’une ampoule à incandescence.

Vous l’aurez compris, il n’existe aucune preuve – ni même un doute – attestant que la lumière bleue d’un écran d’ordinateur ou d’une TV serait nocive pour les yeux.
Les ampoules LED ne sont pas non plus à proscrire. Dans le doute, essayez juste d’éviter celles ayant un bulbe transparent (ou pas de bulbe du tout), et préférez celles qui offrent un rendu proche de celui d’une ampoule à incandescence.

4.3. Mieux dormir, pour 0€

Comme vu plus haut, il est possible que trop de lumière bleue le soir perturbe votre phase d’endormissement. Voici une façon simple de réduire la lumière bleue le soir, ne serait-ce que pour essayer et constater si cela vous aide à mieux vous endormir. Et c’est gratuit :

  • Configurez votre écran pour réduire la lumière bleue le soir. Pour cela, utilisez le logiciel SunsetScreen (Windows) ou F.lux (MacOS, iPad, iPhone, Windows) pour choisir une teinte et une plage horaire où l’appliquer. Durant ces phases avec lumière bleue réduite, vous serez d’abord surpris par la teinte orangée de l’écran. Soyez courageux quelques minutes et vous constaterez que l’on s’y fait très bien (ou pas du tout, c’est très subjectif).
  • Les dernières versions de MacOS, Windows et des distributions GNU/Linux (au moins le bureau Gnome 3.24) intègrent ou vont intégrer une option pour limiter la lumière bleue le soir.

4.4. Quand les opticiens en font la publicité

Les opticiens français vantent depuis peu (via des spots TV) les mérites de lunettes filtrant la lumière bleue. Certains parlent de « fatigue numérique » (ouf, personne n’a dit « fatigue digitale » !), quand d’autres vont jusqu’à affirmer que « la lumière bleue agresse vos yeux ».
Comme vu plus tôt, ce genre de technique ne repose sur aucune base scientifique. Ne vous faites donc pas avoir par ces propos anxiogènes et fuyez ce genre de produit.

Si la fatigue visuelle existe, elle n’est pas solutionnée par ces lunettes, mais plutôt par une bonne distance yeux-écran (comme vu plus haut), des verres correcteurs si besoin, ou bien des verres de repos (si vous voyez trop bien).
Dans tous les cas, si vous voulez des lunettes, consultez votre ophtalmologiste, pas un vendeur en boutique et encore moins une publicité.

Amusant : ces lunettes vont refléter la lumière bleue et donc agir comme des miroirs partiels, ceci pouvant occasionner une réelle gêne pour la personne se tenant en face de vous, par exemple lors d’un entretien. Pensez-y 😉

Conclusion

Vous l’aurez compris : beaucoup d’idées – parfois anxiogènes -, peu de preuves scientifiques, du bullshit marketing, mais des façons simples d’améliorer le confort visuel.
Si je devais vous donner des conseils, ce serait les suivants :

  • Faites des pauses. Si ce n’est pas pour reposer vos yeux, reposez-vous au moins l’esprit 😉
  • Ne collez pas votre nez devant l’écran ! Faites-le pour vos yeux. En plus de cela vous vous tiendrez droit et votre dos vous dira merci.
  • Ajustez les stores ou rideaux quand c’est nécessaire.
  • Essayez SunsetScreen ou F.lux ! En cas d’insatisfaction vous pourrez le désinstaller en deux clics. Et c’est gratuit.

Sans doute le plus important : si vous avez les yeux fatigués, alors consultez votre ophtalmologiste !

Découvrez nos préstations en régie ou au forfait

Audit, conseil, AMOA, AMOE, bases de données XML, solutions éditoriales, sites Responsive Web Design, ...

Nous consulter !
Découvrir !

Archives

Étiquettes

Mots clés